Hans Delrue

« Comme vous avez raison, gloussa-t-il.
— Bon, il est mort, et alors ?
— C'est moi qui l'ai tué, rétorqua-t-il.
 » (extrait de la nouvelle Le don de l'assassin)

15 déc 07:16

Les importunes

précédente - suivante

Début de l'intrigue : Les derniers instants d'un vieil homme riche et égoïste, qu'un souvenir de son enfance vient hanter. Un ultime choix se posera alors, une occasion de se racheter ou de tout perdre...

Genre : fantastique


En savoir plus

Cette nouvelle a été publiée dans le magazine littéraire Éveil n°1 en novembre 2009.


Voir aussi le billet sur le blog.

Extrait

— J'ai bâti un empire industriel ! s'exclama le vieillard. Des milliers d'ouvriers travaillent pour moi.

— Ils travailleront pour un autre, laissa tomber la voix d'un ton implacable. Votre entreprise s'écroulera aussi tôt ou tard.

— Quoi ?

— Tout n'est que du vent, ne l'avez-vous pas encore compris ?

Bernard grommela, ne sachant que répondre aux importunes. De toute manière, pourquoi devrait-il se justifier devant elles ? Créatures fantastiques ou produit de son imagination malade, que pouvaient-elles comprendre aux réalités de la société moderne ?

Il passa en revue les épisodes de sa vie : ses études, sa carrière, la croissance de ses affaires, la lutte contre les concurrents, les collusions nécessaires avec le monde politique, les premières soirées avec les notables de province, les dernières avec les ministres du gouvernement ! Oui, il lui avait fallu parfois serrer les dents, écraser quelques pieds, mais il avait gravi de nombreuses marches !

— Du vent ? s'exclama-t-il. Croyez-vous que cela a été facile ? Je me suis battu pour tout cela ! C'est l'œuvre d'une vie ! Je peux en être fier !

Les textes de ce site sont protégés par la législation sur le droit d'auteur.
English Nederlands Español Deutsch
Information in
other languages